Mon couple était mal barré.

Ça faisait quelques mois à peine que je sortais avec cette fille.


Il faut dire que j’avais sorti le grand jeu.

Et pourtant, je sentais qu’elle s’éloignait de moi petit à petit. 

Malgré tous mes efforts pour lui plaire, je voyais bien que quelque chose n’allait pas. Elle mettait de plus en plus longtemps à répondre à mes messages. Les petites marques d’affections, les petites caresses ou les petits bisous quand on sortait ensemble, devenaient de plus en plus rares. 


Une sorte de distance, de tension imperceptible s’était installée entre nous.

Rapidement, les mots doux ont laissé la place à de petits reproches quotidiens.

Vous connaissez ce sentiment de frustration coupable quand vous prenez votre pied… et elle non ?

Avant chaque rapport sexuel, je ressentais une légère angoisse : est-ce que je vais « assurer » ? Durer assez longtemps ? Est-ce qu’elle va prendre son pied ?

Parfois, j’avais l’impression qu’elle aimait vraiment ce que l’on faisait, mais elle ne jouissait jamais vraiment. Au fur et à mesure, je me suis habitué à cette situation insatisfaisante, et au fait de jouir avant elle. 

Je n’ai pas tout de suite fait le lien entre son absence d’orgasmes et les tensions qui commençaient à s’accumuler au sein de notre couple. 

Le moindre détail, la moindre affaire qui traîne était remarqué. C’est comme si le prochain reproche était toujours prêt à sortir, comme si, quoi que je puisse faire, elle allait trouver un moyen de me lancer une petite pique pour une raison ou une autre. Au début, ça me semblait complètement anodin – et au fil des semaines, c’est rapidement devenu invivable.

J’étais de plus en plus inquiet pour notre couple.

Elle passait de plus en plus de temps sur son portable, et prenait soin que je ne vois pas ce qu’elle faisait. J’ai commencé à avoir des doutes. Alors un jour j’ai fait ce que je m’étais promis de ne jamais faire : j’ai espionné son portable… et ce que j’y ai découvert m’a anéanti… 

Elle avait recontacté son ex.

Plus j’en lisais, plus la rage montait en moi. C’était toute ma confiance en moi, et ma virilité qui volaient en éclat.

J’avais alors un choix à faire.

Je pouvais la quitter, et laisser tout ma rage lui exploser au visage.

Et après ?

Elle serait retournée se consoler auprès de son ex. Ce serait alors lui qui coucherait avec elle. Pas moi. Lui. D’une certaine manière, il aurait gagné et moi, je serai seul avec ma rancune. Elle serait dans ses bras à lui, dans son lit à lui… 


Cette image m’était insupportable.

J’ai fulminé toute la nuit, puis, épuisé, j’ai vu dans ce flot de souffrance un défi à relever : si je ne le faisais pas pour elle, je devais le faire pour sauver mon estime de moi-même : je ne voulais pas vivre avec l’idée que j’étais un mauvais coup, incapable de faire jouir sa compagne. 

Cette rage est devenue un moteur.

Je suis devenu un missile centré sur son objectif : la faire jouir plus fort qu’elle n’avait jamais joui (avec lui en particulier !). 

Je me suis donc mis à la recherche de tout ce qui pouvait m’aider à atteindre cet objectif.

C’est là que je suis tombé sur une vidéo au nom intrigant « éjaculation féminine ».

On y voyait une femme au corps tremblant, comme si elle était parcourue de puissants spasmes qui éjaculait en rafale de petits jets de liquide. À ses yeux, on aurait pu croire qu’elle était presque possédée – on voyait clairement qu’elle avait perdu le contrôle de son corps, elle ne pouvait pas s’arrêter de jouir pendant un long moment.

Cette vidéo a mis une image claire sur ce que je voulais être capable de faire.

Le problème, c’est que je n’avais aucune idée de comment m’y prendre.

« le porno est une très mauvaise source d’informations didactiques pour savoir comment faire jouir une femme, et comment faire l’amour de façon générale. » 


L’information que je trouvais était floue, des conseils trop vagues ou de mauvaise qualité. Je suis donc retourné à la source : j’ai étudié l’anatomie féminine en profondeur et j’ai essayé moi-même, « sur le terrain », de découvrir les clés de l’orgasme. 


J’ai testé beaucoup de choses, parfois un peu débiles et complètement inutile comme « dessiner l’alphabet avec le bout de son lange sur son clito » (ça la juste faire éclater de rire), ou des positions les plus loufoques du Kâma-Sûtra comme « la brouette thaïlandaise » qui peuvent être aussi inconfortables qu’acrobatiques.

Je notais tout ce qui marchait, et mettait de côté ce qui ne marchait pas, testant de nouvelles choses, développant mes propres techniques.

Je me souviendrai toujours de ce soir-là… 


J’ai un vif souvenir de la première fois que j’ai réussi à la faire jouir VRAIMENT.

J’ai un vif souvenir de la première fois que j’ai réussi à la faire jouir VRAIMENT. Là, je ne parle pas du petit orgasme clitoridien mais de l’ORGASME avec un grand O, celui qui lui prend tout le bassin et génère une décharge de la tête aux pieds, la laisse tremblante, dans un état second de jouissance absolue…

Elle tremblait, elle a joui en criant si fort… j’en ai eu presque peur. Je l’ai serré dans mes bras en continuant cette technique, puis j’ai senti qu’un liquide chaud qui giclait sur mon bras…

Elle n’a réussi à reprendre son souffle que plusieurs minutes plus tard et s’est effondrée en larmes !

Elle était sous le choc. Moi aussi.  

Le témoignage de ma femme, Katia

« Avoir trouvé en Ben un confident, mais aussi un homme capable de m’accompagner dans mon cheminement intérieur a été la première étape vers la découverte de ma sexualité entière et puissante. »

La création d’un lien de confiance et de partage intime a été primordiale dans le lâcher-prise nécessaire pour atteindre un plaisir qui m’était jusqu’alors inconnu et que je pensais réservé a une élite de femme. 

Lorsque j’ai rencontré Ben je me pensais plutôt « bonne » dans le domaine du plaisir et de l’amour, mais très rapidement il m’a montré le masque que je pouvais porter afin de correspondre à ce que je pensais être l’image parfaite de la femme pour l’homme. Pour la première fois je ne me suis pas sentie coupable de me concentrer sur mes sensations. 

Et me voilà à la conquête de la VRAIE jouissance féminine, à la découverte de mon propre corps sous les mains expertes de Ben et de sensations jusqu’alors complètement inconnues. Sa capacité à mettre en confiance, ses caresses, ses baisers, son attention portée à la moindre parcelle de mon corps, son regard brulant me parcourant avec avidité et tendresse, m’ont permis de partir à la découverte de mon propre corps comme si je le faisais pour la première fois avec un guide. 

Je me souviens encore du premier soir où Ben m’a fait découvrir la jouissance. Il a commencé par des préliminaires looooongs, gourmands, tantôt plein de feu, tantôt dans une grande douceur, qui m’ont réchauffé et excité profondément. Un désir intense et brûlant me montait dans la colonne vertébrale. Lorsque Ben me glissa à l’oreille de me détendre, de lui faire confiance et de me laisser aller, c’est confiant et totalement abandonné à ses bras, que j’ai sauté dans le vide, les yeux fermés vers le moment le plus intense de ma vie !! Le début de ma vie sexuelle.

Sans aucune brutalité, sans aucune grossièreté et avec une assurance ancrée, il trouva mon point G en un instant ; une chaleur commença à m’envahir petit à petit et ce frisson si particulier annonciateur d’une décharge de jouissance folle me parcouru l’échine. Jamais une telle puissance ne s’est dégagée de moi, j’ai perdu le contrôle de mon corps, mais surtout le contrôle de mon mental, j’étais complètement abandonnée à mes sensations, un vertige m’assaillit, j’avançais sans repère dans un monde inconnu. Je découvrais ma puissance féminine. 

(Et la cerise sur le gâteau ; après mon orgasme, des yeux amoureux se penchèrent sur moi et me dirent à quel point j’étais magnifique et désirable lorsque je m’abandonne.)

Aucune question du style « alors c’était bien ? » ou « ça t’a plu ? ». Pas de masque à porter, pas de retour brutal dans le mental, cet orgasme fut le plus long et le plus intense de ma vie.

J’en ai pleuré des larmes de bonheur, de découvrir à près de 30 ans la véritable jouissance – quel soulagement ! »

Je n’aurai jamais imaginé l’impact que cela allait avoir a sur notre vie sexuelle, et sur notre couple en général. 


Fun fact : 2 jours après cette nuit-là, elle avait supprimé son ex de ses contacts.

Son comportement avait changé – elle était plus douce, plus attentionnée, plus « amoureuse » tout simplement ! C’était le jour et la nuit.

Cette expérience m’a beaucoup appris.

J’en tire 3 principales 3 leçons :

« T’as joui ? »



Beaucoup (trop) d’hommes pensent que :

« L’orgasme féminin est avant tout psychologique »
« Les femmes c’est compliqué alors que les hommes c’est simple et mécanique »

C’est juste FAUX. L’orgasme féminin n’est pas plus ésotérique et difficile à atteindre que l’orgasme masculin.

En réalité l’orgasme féminin peut-être obtenu de façon aussi certaine et aussi « mécanique » que celui de l’homme.
Il suffit de maîtriser les bonnes techniques. 

Les femmes sont dotées d’un système érogène très développé. Contrairement aux hommes, les femmes sont les seules à posséder un organe 100% dédié au plaisir sexuel – le clitoris – il ne sert à rien d’autre !

C’est ce que j’ai constaté : les tensions au sein d’un couple, sur tous les sujets possibles (l’argent, la fidélité, la répartition des tâches ménagères etc.) reflètent souvent l’accumulation de tensions sexuelles qui ne trouvent pas d’issue gratifiantes.  

Pas étonnant que le taux de divorce soient si élevés quand on sait que plus de 70% des femmes n’ont JAMAIS eu d’orgasmes de leur vie !

Cela veut dire que l’immense majorité des Femmes que vous rencontrez au quotidien, et peut être même votre propre partenaire sont sexuellement insatisfaites.

Ainsi, la majorité des hommes considère qu’il est normal d’avoir un orgasme à chaque rapport sexuel et ne se rend pas compte que ce n’est JAMAIS le cas pour plus de 70% des femmes…

Nous arrivons donc à la situation où la femme est sexuellement frustrée mais n’osera jamais l’avouer, et l’homme vit dans l’illusion et le déni, croyant que son couple mène une vie sexuelle épanouie…

Résultat : l’Insatisfaction sexuelle est la première cause d’infidélité !
 

Le sexe, c’est comme tout : pour devenir bon, il faut apprendre, comprendre et pratiquer. Mais contrairement aux autres compétences de la vie, il n’existe pas d’école du sexe – on doit se débrouiller. Or, personne ne naît avec la science infuse – les techniques que j’ai découvertes ne s’improvisent pas. 

Et ne comptez pas sur votre partenaire pour qu’elle vous dise comment vous devez la faire jouir ! Beaucoup de femmes connaissent très mal leur propre corps et ne savent pas elle-même comment jouir.

« En 2016, Eve Appeal, une association de lutte contre le cancer a interrogé 1000 femmes sur leurs connaissances en anatomie. 44% n’ont pas su identifier leur vagin. 60% ne font pas la différence entre vulve et vagin. »

Les tabous, et le manque de communication autour de l’orgasme féminin, génère aujourd’hui des souffrances et une situation insatisfaisante pour les femmes et leurs partenaires :

62% des femmes avouent simuler des orgasmes régulièrement
48% des hommes ressentent un « stress » et des « incertitudes » concernant leurs performances sexuelles

Le sexe devrait être synonyme de plaisir. Pas d’angoisses. Pas de stress. Pas de pression. Pas de jugement.

La femme avec qui j’ai vécu cette aventure est aujourd’hui ma femme, Katia

Sans elle, la formation que je vais vous présenter n’aurait pas vu le jour : c’est avec elle que j’ai découvert le potentiel extraordinaire de l’orgasme féminin, c’est avec elle que j’ai développé toutes les techniques de la formation, et c’est grâce à ses retours et à sa communication toujours très franche que j’ai pu formaliser et construire ce qui est aujourd’hui la formation orgasme féminin.

Katia présentera donc avec moi certaines techniques de la formation et nous apportera son regard féminin, ses conseils, ses astuces.

Ensemble, nous avons construit la série de vidéos tutorielles dédiée aux hommes qui veulent apprendre à donner plus de plaisir à leur femme la plus complète : « la Formation Orgasme Féminin »


Résultats et témoignages

Depuis 2015, la formation a été suivie par plus de 7500 hommes. 
J’ai réalisé une large enquête de satisfaction en Janvier 2021. Voici les résultats :

“J’ai acheté la formation de Katia et Ben, un peu sceptique au début (en me disant que je pourrai toujours me faire rembourser) – et la qualité des vidéos m’a d’abord frappée – tout est très pro, les explications très claires. Merci en particulier à Katia pour sa douceur et sa bienveillance”

Marc

“WOW – je ne m’attendais pas à ça ! La formation tient ses promesses – j’ai testé un peu toutes les techniques proposées, et il y en a 2 en particulier avec lesquelles je suis certain de faire jouir ma femme rapidement…”

Francis

“Je tenais à remercier Ben et Katia pour leurs explications très claires et précises sur l’orgasme féminin. Nous avons visionné ces vidéos avec ma partenaire et avons pu en discuter ouvertement, ce qui nous a permis d’aborder certains sujets sans tabous et améliorer notre relation sexuelle. Je recommande la formation orgasme féminin »
Nabi”

Nabil

“Puissant. Rien à redire, vous êtes au top, continuez comme ça !”

Nicolas